Vivement demain!

Ça usine sur les quais

Caristes, exposants, commerçants…tout le monde s’affaire en cette dernière journée d’avant fête. Une belle énergie soutenue par un soleil généreux émane de ce joyeux ballet. Et tandis que les uns et les autres apportent les dernières touches aux différents villages et stands, une véritable forêt de mâts se forme le long des quais au gré des accostages confiés à l’expertise des pilotes et lamaneurs.

 

Aux bons soins des lamaneurs

Comme chez tous les professionnels de la mer, les lamaneurs usent de mots techniques – touline, bitte d’amarrage, aussière – et de gestes précis. Il faut dire que l’on ne fait pas accoster et appareiller un géant des mers sans un minimum d’expertise. Depuis le quai et en lien direct avec le bord, le lamaneur se charge des opérations délicates d’amarrage et de largage. Tout au long des Fêtes Maritimes de Brest, les lamaneurs auront fort à faire pour permettre les mouvements des frégates, barques et autres goélettes en toute sécurité.

 

Quand deux sœurs se retrouvent

A quelques heures d’écart, le Créoula et le Santa Maria Manuela ont pris place côte à côte le long de la plateforme lamanage, 1er bassin. Ces fières représentantes de la flotte portugaise se ressemblent à s’y méprendre. Et pour cause, les deux quatre mâts – goélettes sont des sister-ships. Construites en 1937, elles étaient dédiées à la pêche morutière dans les eaux froides de Terre-Neuve.