Un peu de glisse dans un monde de brutes

On achève bien les chevaux !

La vie des multicoques de course est un paradoxe! Après avoir été l'objet de toutes les convoitises et bénéficié de sacrifices extrêmes, ils étaient souvent abandonnés, oubliés ou maladroitement transformés en "autobus" de promenade. Leur destin étant souvent la destruction ou le naufrage.

 

Clearwaters revival

Ils ont écrit les pages les plus échevelées de la course au large et leur pouvoir mystificateur est si puissant que de banales officines commerciales se sont transformées en multinationales sur leurs ailes de géants. La grâce, l'équilibre, l'alacrité de ces engins iconoclastes ont créé un lien mystérieusement durable avec le public et élevés leurs skippers au rang de légendes sociales. Ces bateaux pressés ont constitué leur patrimoine en moins de 40 ans, forgé dans le courage, l'audace et le génie humain, mais ces créations éphémères sont fragiles! Certaines doivent être protégées car elles témoignent d'un savoir-faire exceptionnel du monde des arts et métiers.

Une association pour les survivants du bleu sauvage

La solution d'avenir pour ces oiseaux du large n'est pas le musée mais "l'esprit de conservatoire". Ils doivent naviguer pour vivre en trouvant assistance et compréhension dans les ports afin d'enrayer un exode déjà massif. L’érosion semble endiguée, mais de nombreuses plateformes d’intérêt sont encore en danger, courant le risque d’étre irrémédiablement abîmées, voire livrées aux bulldozers pour d'expéditifs "nettoyages". En octobre 2005, 15 de ces "réfugiés" ont disparu dans un raz-de-marée à St Domingue (ROGER&GALLET, ROYALE, SOFATI SOCONAV, CHARENTE MARITIME II…).
Les amoureux des multicoques prirent conscience de la fragilité du stock restant de ces vétérans, ce fut le point de départ du mouvement GOLDEN OLDIES MULTIHULLS ! Le témoignage sportif et architectural de ces machines est précieux, mais les conservateurs s'épuisent dans un environnement parfois hostile. De nombreux ports de plaisance sacrifient ces "gêneurs" à une gestion intensive de l'espace maritime et les administrations leur appliquent des réglementations inadaptées et brutales.

Golden Oldies

Depuis une décennie, des initiatives de sauvegarde ont été menées en France, en Angleterre, en Espagne, aux USA: REGION DE PICARDIE, MOXIE, quatre A Capella (sistership d'OLYMPUS PHOTO) sur cinq, THREE LEGS OF MANN 1 et 3, EDONIL, VSD, UMUPRO JARDIN, PARAGON... ont survécu grâce à la volonté farouche de leurs propriétaires.

En 2005 et 2006, une poignée d'amoureux a décidé de se réunir autour de régates de démonstrations. Le port de Canet-en-Roussillon (66) a accueilli les 2 premières manifestations qui furent de vrais succès spontanés et populaires. La présence de VSD, MOXIE, UMUPRO JARDIN, REGION DE PICARDIE en 2005 a généré une osmose magique autour de laquelle s'est créé le mouvement Golden Oldies multihulls qui soutient et fédère les actions individuelles de protection du patrimoine de la course au large en multicoque.

La mise à l'eau du prao CHEERS, après 5 années de reconstruction, a constitué un véritable événement. Dick Newick, présent, a accepté de devenir le parrain (avec Kenneth Beken et Derek Kelsall) de cette association de cabochards en lutte contre l’obsolescence programmée et amoureux des bateaux qui ne veulent pas mourir ! La reconstruction de FLEURY MICHON IV, la rencontre avec GULFSTREAMER, le sauvetage de GORDANO GOOSE, la récupération du prao GODIVA, le tour de l’Atlantique de VSD en 2009, les liens qui se tissent avec les propriétaires Atlantiques, ultra marins et voyageurs (Jack Petith à bord de NAGA) sont autant d’épisodes à vivre et à raconter… Collectionneurs de bateaux, de vies et d’émotions, ces prosélytes ne cessent de rechercher des parents adoptants.

Les dernières restaurations emblématiques sont TAHITI DOUCHE (Daniel Charles/Starberry), le dernier grand prao de course existant au monde (17m), la remise en état collection d’AILE BLEUE (Creative Newick/ Le Jelloux), du premier des NATIVE (Newick), du prao GODIVA (Newick), des A Capella HAPPY et BILFOT… la machine est lancée, elle ne doit plus s’arrêter !

Le trophée Méditerranée de la restauration 2016 a été remporté par BISCUIT CANTREAU 3 (le premier trimaran a naviguer sur un flotteur plan VPLP), une unité qui avait été vandalisée. UMUPRO JARDIN achève un refit d’envergure dans le Morbihan ; le superbe RUSTY PELICAN vient d’entrer en travaux, Longue vie aux Golden Oldies !