Cap sur les répliques historiques

 

Hermione, Shtandart, Renard, Oostercheld, Götheborg : autant de grands noms de voiliers de prestige ressuscités par des équipes de passionnés. Naguère, leurs ancêtre défiaient les flots avec, à leur tête, des capitaines assoiffés d’aventures, d’exploration des mers et des Océans. Toutes ces répliques historiques reproduites le plus fidèlement possible sont là pour nous rappeler les grands moments de l’histoire maritime.... Ou des embarcations locales disparues, à l'image de la Granvillaise.

Le Renard, les histoires d'un vieux corsaire

Tout son corps nous murmure les exploits du vieux corsaire Robert Surcouf, sans doute le plus célèbre de Saint-Malo, qui se distingua dans un combat légendaire où il terrassa une goélette anglaise. De ce navire qui a commencé à voguer en 1813, il ne restait que les histoires et les plans : durant la construction de sa réplique, deux siècles plus tard, seules la mâture et la voilure ont été un peu réduites… Car le Renard n’a plus besoin d’égaler les cotres corsaires, contrebandiers et douaniers !

Le Shtandart, du temps du tsar Pierre le Grand

Le Shtandart est la réplique du navire amiral du tsar Pierre le Grand, une frégate trois-mâts carré russe du XVIIIe siècle. Si les plans élaborés par ce tsar conquérant ont été perdus depuis belle lurette, c’est grâce aux recherches de l’historien Viktor Krainyukov que de nouveaux plans sont levés. Après 5 ans de construction, de 1994 à 1999, le Shtandart actuel est visuellement identique à son ancêtre. Mais là où se trouvait jadis la cale qui contenait les tonneaux d’eau, les provisions, les boulets et la poudre de ses 28 canons, se tient tout un équipement moderne. 

La Granvillaise, le retour de la bisquine

Mais qu’est-ce qu’une bisquine? Au milieu du XIXe siècle, ces embarcations de pêche étaient très courantes dans la Bretagne Nord et en Normandie. C’est plus particulièrement en baie de Saint-Michel et à Granville qu’elles ont acquis une solide réputation, notamment grâce à leur rapidité et leur imposante voilure. Il fallait en effet être le premier à arriver en zone de pêche, pour rallier le plus vite possible le port et vendre ses prises avant les autres ! Ces embarcations étaient également propices aux régates entre pêcheurs, mais avaient complètement disparu de la côte, avant que ne renaisse la Granvillaise, en 1990.