De l'avenir des bateaux classés Monument Historique

 

A 11h ce matin s’est tenue une table ronde dans l’enceinte du Chantier du Guip sur le thème des bateaux classés Monument Historique. Pour l’occasion se sont réunis différents intervenants qui une heure durant ont débattu de l’avenir de ces trésors du patrimoine maritime. 

 

Tour de table

Etaient présents : Christine Jablonsky (Conservation Régionale des Monuments Historiques), Jean Kerhouas (directeur de Nautisme en Bretagne), Jean-Paul Jégou (Fondation du Patrimoine), Jacques Pichavant (expert agréé par le Ministère de la culture), Yann Mauffret (Gérant du Chantier du Guip) et des propriétaires de bateaux classés : Fanch Nedelec (Président de l’association Lenn Vor – coquiller Général Leclerc), Michel Philippe (sloop Red Ar Mor), Gérard d’Aboville (yacht Lady Maud) et Jacqueline Tabarly accompagnée par Arnaud Pennarun (yacht Pen Duick).

 

Avant tout respecter les bateaux

Animée par Gwendal Jaffry (rédacteur en chef au Chasse-Marée), la discussion a dressé un tour d’horizon des différentes problématiques liées à la conservation et la valorisation du patrimoine maritime. Entre partage d’expériences et recherche de vecteurs de promotion, les intervenants se sont tous accordés sur l’importance de s’adapter et de respecter les bateaux, ainsi que l’a rappelé Christine Jablonsky : « c’est le monument qui commande ». 

 

securiser Pen Duick

Pour sa part Jacqueline Tabarly a pris la parole pour rappeler que « Pen Duick a été classé en tant que bateau d’Eric Tabarly et pour ce qu’il en a fait. La meilleure façon de maintenir ce bateau en état de naviguer en tant que composant du patrimoine maritime était de se tourner vers les instances compétentes en matière de conservation du patrimoine ». Afin qu’il puisse naviguer en toute sécurité, Pen Duick, récemment classé Monument Historique, va en effet faire l’objet d’une période de restauration, notamment au niveau de ses membrures.